col du soulor

Faire un tour sur le col du soulor

Il existe de nombreuses merveilles de la nature réparties dans le monde. Il en existe à grandes et à petites échelles. Pour ce qui est des petites échelles, le parfait exemple est le col des montagnes. Ce dernier peut être décrit topographiquement comme une selle de cheval. Un des plus populaires grâce au cyclisme est le col de soulor dans les Pyrénées françaises.  

Ce qu’il faut savoir sur le col du soulor

En général, un col comme le col du soulor présente une forme de selle de cheval. La forme de selle de cheval peut s’expliquer facilement. Le col se compose d’un point le plus bas au milieu de deux sommets sur la même arête de montagne et d’un point de passage pile sur la ligne de crête situé entre les deux versants d’une montagne. Pour ce qui est du col du soulor, c’est en fait un col de montagne routier situé dans les Pyrénées françaises. Ce col se trouve à moins de 1500 mètres d’altitude et est voisin d’autres cols célèbres comme le col d’Aubisque. Le col du soulors est célèbre, car il a été le témoin du passage du tour de France cycliste pas moins d’une vingtaine de fois depuis les années 1947. Il faut savoir qu’il y a trois routes qui mènent au col du soulor. Une venant du col d’Aubisque du côté ouest du col du soulor et se trouvant à flanc de montagne. Une autre de la route venant de la vallée de l’Ouzom du côté nord du col. Cette route traverse plusieurs villages. La dernière route provient du val d’Azun du côté est du col du soulor. Cette route traverse également de nombreux villages et permet aux interlocuteurs de découvrir de nombreux paysage jusqu’à l’arrivée au col.

Un tour de cyclisme sur le col du soulor

Faire un tour à vélo sur le col du soulor est un défi pour tout cycliste qui se respecte. Mais gravir un col n’est pas donner à tout le monde. Cela demande une certaine préparation. En effet, grimper le col d’une montagne comme le col du soulor c’est accepter de faire face aux conditions rencontrés habituellement en montagne. Il s’agit de la température, de l’altitude et des vents. Grimper le col d’une montagne c’est aussi endurer les pentes abruptes, et ce, sur une longue distance. Faire une ascension de ce genre c’est aussi prendre en compte la météo. Le plus important reste malgré tout l’altitude, car plus le cycliste grimpe, plus le manque d’oxygène entraine des conséquences sur ces performances et sur son rythme cardiaque. D’où l’importance de la préparation. En ce qui concerne l’équipement du cycliste, le mieux pour grimper un col comme le col du soulor est de prendre un plateau compact ou triple. La préparation c’est aussi prendre soin des équipements, de les nettoyer et de les graisser pour un rendu optimal. La tenue du cycliste doit s’adapter à son environnement et pour grimper le col du soulor, mieux vaut emmener un coupe-vent que le beau temps soit au rendez-vous ou non. La préparation c’est aussi une question d’entrainement et de renseignement. Avant de partir à l’ascension, l’interlocuteur peut en apprendre plus au sujet du col soulor en regardant les sites consacrés à ce sujet.